✨ Actuellement en congés, toutes
les nouvelles commandes seront traitées le 9 août. Merci de votre compréhension ✨

Panier

Il n'y a plus d'articles dans votre panier

CONTINUER VOS ACHATS

Santé mentale et intestinale : quel lien avec les probiotiques ?

Un coup de stress ? Voilà le mal de ventre qui débarque. Des crampes intestinales ? Voilà votre moral qui se prend un coup dans l’aile. 

Vous voyez ce qu’on veut dire ? Si le lien entre l’intestin et le cerveau semble complexe à appréhender, nous pouvons tous et toutes à notre échelle en faire l’expérience au quotidien. D’ailleurs, qui ne s’est jamais entendu dire au sujet de son mal de ventre, la fameuse phrase : “mais c’est dans ta tête” ? Et qui ne s’est jamais entendu dire au moment de prendre une décision le fameux : “écoute tes tripes”

Si toutes ces croyances et expressions populaires sont éclairantes, c’est parce qu’elles nous permettent de constater que les liens qui existent entre le cerveau et l’intestin ne datent pas d’hier. Avant même de connaître l’existence du microbiote, nos ancêtres faisaient déjà l’expérience de leurs corps de cette manière. Mais alors, comment l’expliquer ? 

Pour mieux vous éclairer sur ce sujet obscur, l’équipe de noobiotik fait le point : qu’est-ce que ce fameux axe intestin-cerveau ? Comment fonctionne-t-il ? Quel impact a notre santé intestinale sur notre santé mentale et physique ? Et enfin, point d’importance : quels rôles peuvent jouer les probiotiques dans ce contexte et dans cette mesure ? 

Bienvenue dans cet article qui, comme toujours, vous met les points sur les i dans un esprit de bonne vulgarisation ! :) 

 

1 : L’axe intestin - cerveau : c’est quoi, et ça marche comment ? 

D’un côté le cerveau, de l’autre les intestins… Pas évident a priori de comprendre comment ces deux parties du corps qui sont si éloignées l’une de l’autre peuvent communiquer au point d’avoir un impact sur notre santé physique et mentale ! Donc, comment ça marche ? 

Il faut savoir pour commencer que le cerveau est “connecté” aux intestins via des fibres nerveuses. Ensemble, elles composent ce que l’on appelle le système nerveux entérique, qui est situé le long du tube digestif et qui “contrôle” l’intestin et ses fonctions. C’est précisément parce que ce système nerveux est si complexe, et qu’il héberge plus de 200 millions (!) de neurones que la communauté scientifique l’appelle aujourd’hui “le second cerveau”. 

Mais naturellement, ce système nerveux ne fait pas “cavalier seul” : il agit sous le contrôle du système nerveux central qui est situé… dans le cerveau (l’autre, du coup !). Ces deux cerveaux communiquent aussi et surtout à travers ce que l’on appelle le nerf vague : le plus important et le plus long des douze nerfs crâniens reliant notre système intestinal à notre système nerveux central. 

Pour bien comprendre, dites-vous que le système nerveux central agit, grosso modo, à la manière d’une tour de contrôle et d’un tableau de bord : elle contrôle et synchronise de multiples fonctions corporelles et vitales, qui vont du battement de notre cœur au bon fonctionnement du processus digestif. 

Regardons de plus près ce qu’il se passe pendant et après un repas par exemple :

  • d’un côté, notre cerveau communique avec l’intestin pour, grosso modo, faire en sorte que le processus de la digestion se passe bien... 
  • ...tandis que, de l’autre, notre microbiote (ou flore intestinale) fabrique des protéines qui permettent au cerveau de comprendre et de contrôler la satiété. Pour le dire autrement : c’est votre microbiote qui fait comprendre à votre cerveau que vous avez assez mangé (ou pas !). 

On voit bien à travers cet exemple comment ces deux cerveaux communiquent entre eux via cet axe, et ont ainsi un impact direct sur notre vie quotidienne : nos sensations corporelles, nos envies, nos besoins physiologiques… et donc, notre santé mentale et physique. 

 

2 : D’accord, mais quel est l'impact sur ma santé, concrètement ? 

Comme on vous l’expliquait en introduction, l’existence et le fonctionnement de cet axe intestin - cerveau se présente de manière très évidente dans notre vie quotidienne. Le stress, dont on sait aujourd’hui qu’il joue un rôle inflammatoire sur le corps, peut avoir un impact direct sur nos fonctions intestinales : qui, par exemple, n’a jamais fait l’expérience d’avoir très envie d’aller aux toilettes dans une situation stressante ? 

Mais au-delà de cet exemple trivial, la communauté scientifique s’accorde aujourd’hui à dire que l’impact qu'a ce lien sur notre santé est peut-être beaucoup plus vaste ! À titre d’exemple, dites-vous que la sérotonine (un neurotransmetteur impliqué dans la motivation, l’anxiété, l’humeur...) est fabriquée à 90% dans les intestins, comme le souligne une étude de 2015 citée par Psychomedia. Difficile de ne pas voir dans ce contexte à quel point notre santé intestinale impacte notre santé mentale et physique ! 

La recherche en neurosciences a d’ailleurs prouvé que de nombreux troubles et maladies mentales comme la dépression ou la Maladie de Parkinson étaient associés à une flore intestinale en déséquilibre. À l’inverse, de nombreuses maladies et dysfonctionnements intestinaux pourraient s’expliquer par le stress : par exemple, les personnes qui souffrent du syndrome du côlon irritable présentent souvent de l’anxiété ou une dépression. 

Donc pour résumer : oui, tout communique ! Mais alors, quel rôle peuvent jouer les probiotiques ? 

 

3 : Quel lien avec les probiotiques, et quelle efficacité ? 

Pour rappel, L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) donne aux probiotiques la définition suivante : "des micro-organismes vivants qui, lorsqu'ils sont administrés en quantité adéquate, produisent un bénéfice pour la santé de l'hôte". 

Les probiotiques permettent donc de renforcer le système immunitaire et de “rééquilibrer” le microbiote. Ils peuvent soulager efficacement les troubles liés aux déséquilibres de la flore intestinale ou vaginale… et commencent à être considérés comme une alternative intéressante aux antidépresseurs !

Cet article de Sciences et Avenir le souligne : “Au laboratoire ETAP-Éthologie appliquée (Vandoeuvre-lès-Nancy, Meurthe et-Moselle), deux souches de bactéries, Lactobacillus helveticus et Bifidobacterium longum, ont été administrées à deux groupes de volontaires sains pendant trente jours, les résultats étant comparés à ceux de volontaires prenant un placebo. Au terme de l’expérience, une réduction significative du stress et de l’anxiété a été constatée dans le groupe « probiotique ».” Ces probiotiques, utilisés dans le cadre d’une démarche de soin pour la santé mentale ont même un nom : les psychobiotiques ! 

Enfin, il ne faut bien sûr pas sous-estimer l’impact d’une alimentation saine et d’une hygiène de vie équilibrée pour prendre soin de cet axe intestin - cerveau et veiller à son bon fonctionnement. Pour approfondir le sujet, rendez-vous sur notre article complet dédié au microbiote ! 

 

Chez noobiotik, nous sommes convaincus que de vraies informations sur le système bactérien et la manière dont il fonctionne vous permettront de le préserver et d’en prendre soin au quotidien. C’est tout l’objet de nos recherches en laboratoire pour développer des formules probiotiques ciblées et calibrées pour votre santé. Découvrez nos formules ! 

© Crédit photo : Paul Fudal

Sources et références : 

Commentaires (0)

Laisser un commentaire